Plan autisme 4 – Contribution de l’AFFA sur la vulnérabilité des personnes autistes face aux agressions sexuelles


Lors de l'élaboration du 4eme plan autisme, l'AFFA a présenté une contribution sur la vulnérabilité des personnes autistes face aux agressions sexuelles.
 
Selon une étude canadienne, 78 % des personnes autistes tout sexe confondu subissent des violences sexuelles (Sexual knowledge and victimization in adults with autism spectrum disorders Brown-Lavoie Viecili, Weiss, 2014).
 
 

Lors de cette présentation, Marie Rabatel, présidente de l'association a rappelé les différentes formes d'abus et de violences sexuelles, les chiffres et les facteurs rendant les femmes autistes davantage vulnérables aux violences sexuelles. Elle a également rappelé l'existence de violences sexuelles en institution pour lesquelles il est de notre devoir de réagir au plus vite.

Contribution écrite du Dr Salmona

Mme Rabatel a également fait part de la contribution écrite du docteur Muriel Salmona, psychiatre et spécialisée dans la psychotraumatologie, présidente de l'association Mémoire Traumatique et VictimologieSon texte (inclus dans le PowerPoint de présentation) décrit le mécanisme psychologique d'une victime de violence sexuelle et les conséquences sur une personne autiste. Le fonctionnement autistique engendre un accroissement du trauma qui majore les comportements autistiques. Elle y liste ce qui doit être mis en place pour protéger la personne autiste victime de violences sexuelles.
 

Partenariat avec la MIPROF

Mme Rabatel était accompagnée par la mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite humaine (MIPROF), avec qui l'association a engagé un travail afin qu'un focus sur l'autisme soit intégré dans leurs outils de formation à destination des professionnel-le-s que que peuvent rencontrer une femme autiste victime de violence, tels que les professionnels de santé, policiers, gendarmes, magistrat-e-s, avocat-e-s, travailleurs sociaux, personnels d'accueil au sein des services publics.
Ainsi, ces professionnels seront sensibilisés à la psychotraumatologie mais également à l'autisme.
 
Ces outils de formation sont gratuits et ne nécessitent donc aucune dépense pour l'intégrer au 4ème plan autisme.
 
 
 
Il est impératif que le gouvernement prenne en compte, la vulnérabilité accrue aux violences sexuelles des personnes autistes, ainsi que toutes les conséquences liées au traumatisme,
 
 
 
 
 
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *