Sois normale et tais-toi : enquête sur l’autisme féminin (par « Sous Silence »)


Le webdocumentaire Belge "Sous Silence"publie une enquête très complète sur l'autisme au féminin, avec des témoignages de jeunes femmes, représentante associative, professionnels...

Cette enquête démarre en analysant le phénomène de sous représentation des femmes par rapport leurs homologues masculins, puis enchaîne avec un témoignage édifiant de Julie, membre de l'association, passée par la case institution, cataloguée de déficiente intellectuelle, victime de harcèlement et discrimination au travail...

L'enquête détaille ensuite du camouflage, stratégie très utilisée par les femmes pour passer inaperçues, pointant les dommages collatéraux comme l'épuisement et sensation de perte de personnalité.

Sont abordées ensuite quelques raisons du sous-diagnostic comme la norme liée au genre qui biaise le dépistage,  les intérêts restreints, plus socialement acceptables chez les femmes et donc moins susceptibles d'alerter les professionnels sur un éventuel autisme, ainsi que la motivation plus forte chez une petite fille à intégrer un groupe.

L'enquête décrit également la période délicate de l'adolescence, générant chez ces jeunes filles des troubles associés comme anxiété, dépression ; des troubles (masquant l'autisme), bien connus des médecins, qui en conséquence  ne creusent pas plus loin, alors que l'autisme, partie immergée de l'Iceberg, est très mal connu par ces professionnels non formés et souvent imprégnés de clichés.

Pour illustrer, le témoignage touchant d'Ivy, jeune fille autiste victime de harcèlement, voulant à tout prix passer inaperçue et refusant le diagnostic.

L’enquête termine sur la très grande vulnérabilité de ces femmes et jeunes filles face à la manipulation et tentatives d'abus sexuels, dont 70 à 90 % d'entre elles ont été victimes, en expliquant les raisons : isolement, grande naïveté sociale, difficulté avec la notion de consentement, difficulté à comprendre les intentions d'autrui...

► Lire l'enquête 

Texte : Sonia ROMERO RUIZ et Maud WILQUIN
Data : Justine Massut
Photos : Mathilde METTENS

Cliquer sur l'image pour afficher l'article

PDF24    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Sois normale et tais-toi : enquête sur l’autisme féminin (par « Sous Silence »)

  • Natalia

    PRECISION
    Je vous cite « Quand on y regarde de plus près, tout concourait à ce que les femmes autistes soient moins représentées : en 1943, les scientifiques Kanner et Asperger s’intéressent sérieusement à la thématique de l’autisme. Pour eux, cette maladie ne concerne que les enfants. »
    => l’autisme N’EST PAS UNE MALADIE.
    D’ailleurs Hans Asperger parlait des traits autistiques chez les mères d’enfants autistes, car il expliquait que cette condition est génétique.
    En outre, l’autisme génétique (à ne pas confondre avec celui syndromique) ne comporte pas de déficience intellectuelle et distinguer « haut niveau » et « bas niveau » est artificiel et discriminatoire.
    Jamais Léo Kaner ni Hans Asperger ont parlé de « maladie ». Au niveau juridique, en France, depuis 1995, l’autisme est un handicap, pas une maladie.