Maman est autiste, et elle déchire !


 Maman est autiste, et elle déchire ! être femme, mère et autiste au quotidien.

Compte rendu de lecture par Géraldine, femme autiste et membre de l'AFFA.

Auteure : Sandrine Gaouenn

Éditions Josette Lyon marque des éditions Guy Trédaniel – Préface de Fabienne Cazalis

Format 150x221 cm – 214 pages – Témoignage – Tout public

Publication : septembre 2019 – (disponible ⇒ ici et dans toutes les librairies)

Auteure

Sandrine Gaouenn, 45 ans, est mère de quatre enfants. Après un parcours chaotique, elle est diagnostiquée autiste asperger et reconnue à haut potentiel intellectuel à 39 ans. Musicienne synesthète, passionnée de photographie et d'écriture, elle est actuellement en reconversion pour transmettre par ces biais, et elle choisit de témoigner pour informer et sensibiliser.

Résumé

L’auteure témoigne de son parcours de vie atypique, chaotique, voire parfois violent, jusqu’à ce qu’à 39 ans, un diagnostic tardif d'autisme bouleverse sa vie de femme.

Comme dans un journal intime que l’auteure nous aurait autorisé à lire, nous découvrons au fil des pages comment ce prisme modifie la teinte d’un parcours de vie atypique, et combien, emplie de cette nouvelle connaissance, l’auteure décide de stabiliser sa vie, en priorisant ce qui convient à sa condition d’autiste, et non plus à l’image qu’elle aurait peut-être aimé renvoyer, avant.

Sandrine raconte l’errance de sa jeunesse, la violence souvent présente et subie, la toxicomanie, à laquelle malheureusement, nombre d’autistes succombent.

Puis la naissance de ses enfants, lorsqu’elle était très jeune. Petits êtres qui ont développé chez elle un instinct de mère indéfectible, et passionné.

Sandrine décrit aussi ses expériences professionnelles, ses efforts pour se fondre dans un moule qui la blessait un peu plus chaque jour, jusqu’à ce qu’on ne veuille plus de cet élément trop différent des autres…

Des bulles de vie illustrent le récit et décrivent, avec humour souvent, le quotidien de Sandrine :

au supermarché, chez le coiffeur, au travail, en devenant maman, dans la vie de couple, etc.

Le diagnostic d’autisme, a poussé Sandrine à chercher à utiliser ses capacités spéciales et spécifiques pour en exploiter leur plein potentiel. C’est grâce à la musique, et à la perception particulière qu’elle en a, qu’elle tentera de trouver la sérénité et un ordre apaisé dans sa vie.

Sandrine Gaouenn

Interprétation

L’auteure annonce dès le début du livre, qu’il s’agit de son témoignage, son ressenti, ses expériences et qu’elles ne sont en aucun cas généralisables à tous les autistes. J’ai trouvé ça très important de l’énoncer, car les facettes de l’autisme peuvent être si différentes, qu’une vision ne peut s’imposer comme étant universelle.

Les souffrances vécues prennent une autre teinte lorsque l’on comprend l’origine de leur apparition.

L’auteure nous livre son parcours de vie, d’une écriture vive, énergique, qui dépeint une âme parfois cabossée par les accidents de la vie, mais toujours empreinte d’un farouche désir de vivre, de trouver un cadre qui lui convient, ainsi qu’à sa famille.

Son témoignage de mère est poignant et très important à partager, car il casse le mythe trop souvent répandu, des autistes qui ne sauraient éprouver de désirs d’enfant et ne sauraient être des mères aimantes et formidables.

La psychanalyse en France encore très prégnante, même chez les médecins, n’aide pas à briser ce mythe.

On découvre une mère aimante, attentive, battante, qui accompagne ses quatre enfants dans le chemin de vie qui leur conviendra. Elle est là pour les protéger, les épauler, les écouter, les défendre, et enfin leur laisser prendre leur envol de personnes accomplies.

Elle est le pilier solide d’une famille atypique (qui combine autisme, identité du genre, haut potentiel intellectuel), et même si ses enfants énoncent clairement que leur maman a souvent été fatiguée, ils savent, qu’à tout instant, ils peuvent compter sur elle !

Qu’apprend-on sur l’autisme ?

Cet ouvrage permet à un large public de comprendre ce que peut vivre certains autistes au quotidien.

Il permet également à ceux qui s’interrogent sur l’autisme pour eux-mêmes, d’éventuellement se retrouver dans des parties du témoignage de Sandrine.

Y sont exprimées ce qui constitue les principales difficultés de l’autisme : les interactions sociales, la communication, les difficultés de compréhension des codes sociaux, des implicites, les particularités sensorielles, les besoins de cadres, de rituels, de routines, les intérêts particuliers qui permettent de se ressourcer.

Tous ces marqueurs sont interprétés par le prisme de Sandrine, diagnostiquée à 39 ans, et par ses propres perceptions.

L’auteure évoque son quotidien dans les bulles de vie, et on comprend ici, combien le terme de trouble envahissant du développement est important. Tout ce qu’on réalise est teinté d’autisme. Ses gestes, ses sens, sa démarche, son rapport à l’autre, sa compréhension des autres, son fonctionnement cognitif pour toutes les tâches du quotidien.

On apprend également combien le parcours diagnostique peut être compliqué, tant le nombre de spécialistes de l’autisme est faible, et les préjugés chez les autres, très nombreux.

C’est encore plus long aujourd’hui, même si les spécialistes semblent plus nombreux, notamment à cause des demandes croissantes.

Des références pratiques sont données en fin d’ouvrage et sans être exhaustives, elles aideront ceux qui découvrent l’autisme par le biais de ce livre, quelles sont les premières démarches à entreprendre quand on décide d’entamer un parcours diagnostique, quelles sont les aides précieuses au quotidien qui permettent de gérer les envahissements sensoriels, et les aides potentielles d’accompagnement pour gérer l’anxiété très prégnante dans l’autisme.

Sandrine Gaouenn, Maman est autiste et elle déchire, AFFA

Sandrine Gaouenn

Membre de l'AFFA

crédit photo : Elrina O'Brien, femme autiste et artiste, " les colporteurs de rêves "

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *