Focus sur les femmes autistes: congrès Encéphale 2019   Mise à jour récente !


Du 23 au 25 Janvier 2019, avait lieu à Paris le 17ème congrès de l’Encéphale réunissant les professionnels de la psychiatrie.

Marie Rabatel, présidente de l’AFFA, y était conviée aux côtés de Séverine Leduc, psychologue, pour s’exprimer sur les femmes autistes.

La présentation s’est décliné sous le titre

Les ASPERGIRLS : l’autisme de haut niveau au féminin

avec comme thèmes exposés:

  • Les particularités des femmes autistes et le diagnostic
  • Études et vulnérabilité des femmes autistes face aux agressions sexuelles

 

 

Intervention de Séverine Leduc et Marie Rabatel sur les particularités des femmes autistes et leurs conséquences

Séverine Leduc est psychologue clinicienne à Paris, plus particulièrement spécialisée dans les bilans de diagnostic du trouble du spectre de l’autisme (TSA) et du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), co-auteure, avec le Dr David Gourion, du livre : Éloge des intelligences atypiques.

 

femmes autistes, congrès encéphale 2019

Marie Rabatel et Séverine Leduc

Les temps forts exposés par Séverine Leduc étaient centrés sur les problématiques suivantes

  • Premier temps fort

– La réciprocité émotionnelle

– Le processus de pensée en réseau spécifique à l’autisme et les intolérances sensorielles qui en découlent

  • Deuxième temps fort

– Le camouflage social et la capacité des femmes autistes à compenser leurs difficultés  pour avoir un comportement socialement acceptable.

– Le coup énergétique du camouflage et ses conséquences : troubles anxio-dépressifs, mésestime de soi.

– Les études et la vulnérabilité des femmes autistes face aux agressions sexuelles : difficultés dans le repérage des situations dangereuses, difficultés à se protéger de ces situations.

  • Troisième temps fort

– Intervention de Marie Rabatel sur les conséquences des violences sexuelles sur les personnes autistes et son expérience personnelle.

Suite à la présentation de l’étude sur la vulnérabilité des filles et femmes autistes (TSA), Marie Rabatel a précisé que le spectre est comme un arc en ciel dont chaque couleur en fait partie, les besoins sont différents pour chacune des couleurs.

Elle a poursuivi sur les conséquences psychotraumatiques possibles lors de violences sexuelles sur ces personnes de l’arc en ciel.

Elle a également fait mention des violences sexuelles possibles en institution dont les conséquences psychotraumatiques peuvent être ignorées : comportements en lien avec le trauma mis sur le dos des comportements autistiques favorisant davantage la vulnérabilité de ces enfants et adultes.

Elle a terminé son intervention en témoignant de l’accompagnement dont elle bénéficie par ses thérapeutes dans son parcours de soins lié aux PTSD, sans traitement médicamenteux.  »

 

études sur les violences sexuelles envers les femmes autistes

Résumé de l’étude sur la Vulnérabilité des femmes autistes et les violences sexuelles

Travaux de recherche présentés au Congrès de l’encéphale 2019 – Paris France par le Dr David Gourion, Mme Severine Leduc et Mme Marie Rabatel.
Les femmes autistes sont particulièrement susceptibles d’être exposées à des abus sexuels dans leur vie car elles peuvent être plus facilement ciblées par leur prédateur sexuel et leur difficulté en terme de cognition sociale pourrait augmenter leur risque de victimisation.

Nous avons examiné rétrospectivement la prévalence de l’abus sexuel, des traits autistiques et d’un certain nombre de symptômes chez des femmes inclues via une enquête en ligne menée avec la communauté autistique sur Internet (N=228). Les traits autistiques étaient mesurés à l’aide d’une version révisée à 14-items de l’échelle Ritvo Autism and Asperger Diagnostic Scale-Revised (RAADS-R) et les abus sexuels étaient évalués avec une version courte en dix questions basées sur le questionnaire Sexual Experiences Short From Victimization ( SES-SFV ).

Dans notre échantillon, le score RAADS-R moyen était de 34,9 (+/- 5,2 ) , légèrement supérieur au score moyen dans la population clinique de validation de l’outil chez des patients diagnostiqués avec un TSA.

La fréquence des abus sexuels s’y avérait très élevée :

88% des femmes autistes signalaient une ou plusieurs violences sexuelles (quelque soit le type, c’est-à-dire viol, tentative de viol, attouchement des seins ou du sexe, baiser non désiré)

51% déclaraient avoir subi une pénétration par la contrainte (mensonge, manipulation)

39 % déclaraient avoir subi un viol

L’âge de la première violence sexuelle était inférieur à 14 ans dans 47% des cas.
À 9 ans dans 31% des cas.

Les comparaisons univariées montraient que les sous-dimensions autistiques « hyper-focalisation » et « réactivité sensorielle » (extraite sur la base d’une analyse en composante principale de la RAADS-R) étaient significativement plus élevées dans le sous-groupe ayant subi un ou plusieurs abus sexuels (Afin de déterminer si l’association entre la psychopathologie et le nombre de troubles psychiatriques de l’axe I) et la gravité de la dimension autistique était médiée par le faite d’avoir subi une victimisation sexuelle, nous avons effectué une analyse de médiation montrant qu’environ 18% de la médiation était déterminée par le faite d’avoir subi un viol.

En conclusion, les adolescentes et les femmes autistes sont fortement susceptible de subir des abus sexuels ayant des conséquences psychopathologiques sévères. Il est impératif de développer de nouvelles stratégies de prévention et de prise en charge pour faire face à ce problème fortement méconnu.
INQUIÉTANTE VULNÉRABILITÉ DES FEMMES AUTISTES au cours de leur vie

Etudes sur les violences sexuelles envers les femmes autistes

Article rédigé par Nathalie Saillard-Pichon, membre de l’AFFA -09/02/19

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *