Le sexe-ratio de l’autisme expliqué


Nicholette Zeliadt pour Spectrum News, 13 juin 2018 - Traduction : Phan Tom pour l'AFFA

Article original : Autism’s sex ratio, explained

L’autisme est significativement plus courant chez les garçons que chez les filles. Ce sexe ratio biaisé a été reconnu dès que les premiers cas d’autisme ont été décrits dans les années 1940. Les raisons exactes de ce ratio restent incertaines. Cela peut être ancré dans une différence biologique entre les sexes. Ou, comme certains experts le disent, cela peut être une construction artificielle de la manière dont l’autisme est défini et diagnostiqué.
Voici comment les chercheurs estiment et expliquent le sexe ratio de l’autisme.

Qu’est-ce que le sexe ratio pour l’autisme ?

Les chercheurs ont régulièrement trouvé plus de garçons que de filles autistes lorsqu’ils ont estimé la prévalence de cette condition. Cela a été vrai indépendamment du fait que les données proviennent de diagnostics déclarés par les parents, d’examens des dossiers scolaires et médicaux ou d’évaluations diagnostiques d’enfants.
L’analyse la plus complète du sexe-ratio de l’autisme, publiée en 2017, a extrait des données de 54 études de prévalence dans le monde entier. Cette analyse a estimé environ 4.2 garçons autistes pour chaque fille.

 

Quels facteurs pourraient altérer ce sexe ratio ?

Un facteur potentiellement important est le biais de diagnostic : plusieurs études suggèrent que les filles obtiennent un diagnostic d’autisme plus tard dans la vie que les garçons, indiquant que ce syndrome est plus difficile à cibler chez les filles.
Dans la même ligne d’idée, l’étude de 2017 révèle que le sexe ratio tombe à 3.25 garçons par fille quand l’analyse inclut uniquement les 20 études dans lesquelles les chercheurs ont fait une évaluation diagnostique d'autisme des participants, plutôt que de s’appuyer sur les diagnostics précédents. La chute du ratio fournit les preuves les plus convaincantes pour un biais de diagnostic, explique le responsable de la recherche Wiliam Mandy, maitre de conférences en psychologie clinique à l’université de Londres. « Cela implique qu’il existe un groupe de femmes qui, si vous les évaluez, répondent aux critères d'autisme, mais pour on ne sait quelle raison elles n'ont pas accès à une évaluation diagnostique ».

Pourquoi existe-t-il des filles et femmes autistes oubliées ?

Les filles et les femmes autistes peuvent être non diagnostiquées parce que les médecins, professeurs, parents et autres pensent que l'autisme affecte en premier lieu les garçons.

L’autisme peut aussi s'exprimer différemment chez les filles plutôt que chez les garçons. Les filles peuvent avoir moins de comportements restreints et répétitifs que n’en ont les garçons, et peuvent avoir des  intérêts plus socialement acceptables. Elles sont aussi plus à même de masquer leurs traits autistiques que les garçons en copiant leurs pairs neurotypiques (non autistes). Par conséquent, l’autisme peut être plus difficile à détecter chez les filles même quand les médecins le recherche.

Est-ce que le sexe ratio pourrait disparaître si ces biais diagnostics pouvaient être surmontés ?

Probablement pas. Les chercheurs ont trouvé un ratio de 3 pour 1 même quand ils ont suivi les enfants depuis la petite enfance et les ont évalués de manière répétée pour l’autisme, diminuant les possibilités de biais diagnostics et de références. Les enfants dans ces études ont des antécédents familiaux d’autisme, cependant, donc ils peuvent être fondamentalement différents des autres enfants avec cette condition, dit Daniel Messinger, professeur de psychologie à l’université de Miami.

Est-ce que le sexe ratio a changé au fil du temps ?

Oui. Une vaste étude danoise a trouvé un sexe ratio de l’autisme de 8 pour 1 en 1995, mais il a chuté à 3 pour 1 en 2010. Cette chute peut refléter une meilleure détection des filles autistes, mais il est susceptible de se stabiliser. « Je pourrais parier sur 3 pour 1 », dit Meng Chuan Lai, un professeur assistant de psychiatrie à l’université de Toronto.

Quels autres éléments pourraient expliquer le sexe-ratio ?

La biologie. Par exemple, le cerveau des personnes autistes montre un modèle d’expression des gènes qui ressemble plus à ceux des hommes typiques qu’à ceux des femmes typiques. Certains de ces gènes sont spécifiques à la microglia, les cellules immunitaires dans le cerveau qui éliminent les débris et sculptent les connexions neuronales.

Il est aussi possible que les filles soient en quelque sorte protégées de l'autisme. Les filles autistes ont tendance à avoir plus de mutations que les garçons autistes. Et les garçons autistes semblent hériter leurs mutations de plus de mères non touchées que de pères non touchés. Ensemble, ces résultats suggèrent que les filles ont besoin d'une plus grande correspondance génétique que les garçons pour être autistes.

 

Spectrumnews publie des informations et des analyses en lien avec l’évolution de la recherche dans l’autisme. Spectrumnews est une organisation financée par la Simons Foundation Autism Research Institute (SFARI), tout en restant indépendant sur le plan éditorial.© Simons Foudation, Spectrum and authors, tous droits réservés © Traduction Phan Tom, pour l’Association Francophone de Femmes Autistes (AFFA). Cet article ne peut être reproduit ou copié sans l'autorisation expresse de Spectrum.

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *