La question du genre dans les lignes directrices australiennes sur le diagnostic d’autisme   Mise à jour récente !


Extrait de la version brouillon des lignes directrice australiennes concernant la procédure diagnostique de TSA pour les enfants, adolescents et adultes, disponible en consultation publique.
Ces lignes directrices sont élaborées par le groupe de recherche Autism CRC (Centre de Recherche Coopératif).

Considérations sur le genre (page 65)

Les TSA sont plus fréquemment diagnostiqués chez les individus de sexe masculin que de sexe féminin [73, 74], selon un sex ratio avoisinant souvent quatre garçons pour une fille [74, 75]. Cependant, il semble de plus en plus net que cette prépondérance du sexe masculin pourrait ne pas être le reflet d’une véritable différence de prévalence entre les deux sexes, mais plutôt correspondre à un biais en faveur des hommes au cours de la procédure diagnostique. Plusieurs études ont montré que les garçons étaient plus susceptibles d’être reconnus autistes que les filles, même quand les symptômes sont de sévérité équivalente [76]. Il existe également des preuves du fait que les femmes sont plus douées que les hommes pour mettre en en œuvre le camouflage de leurs symptômes, et utilisent des stratégies pour atténuer leurs difficultés sociales et communicatives [77, 78].

En outre, les critères diagnostiques des TSA et les instruments utilisés afin d’investiguer les attitudes à repérer, rendent compte d’une présentation de l’autisme qui se retrouve préférentiellement chez les garçons que chez les filles [75] ; de plus, ces critères diagnostiques et les caractéristiques des outils d’évaluation en question, ne présentent pas la sensibilité et la spécificité adaptées pour identifier les caractéristiques des TSA chez les femmes [79]. Par exemple, les femmes autistes ont plus tendance que les garçons autistes à adopter des comportements répétitifs et des stéréotypies qui sont moins fréquents et moins sévères [80], et utilisent une palette plus diversifiée et plus large, de surcroît selon une fréquence plus importante, de signes de communication non-verbale (notamment gestuelle) [81] – en particulier lorsqu’il s’agit d’individus sans déficience intellectuelle.

Les différences symptomatologiques entre les genres sont aujourd’hui évoquées parmi les facteurs qui pourraient expliquer que les diagnostics d’autisme soient significativement plus tardifs au sein de la population féminine [81]. Étant donnée l’importance d’un diagnostic et d’interventions précoces pour poser les bases d’un meilleur avenir à long terme pour les enfants autistes, il est plus que jamais crucial de faire en sorte de comprendre comment les TSA se manifestent différemment selon le genre des personnes concernées.

Sources

  • 73. Bourke, J., et al., Population-based prevalence of intellectual disability and autism spectrum disorders in Western Australia: A comparison with previous estimates. Medicine, 2016. 95(21): p. 1-8.
  • 74. Randall, M., et al., Autism spectrum disorder: Presentation and prevalence in a nationally representative Australian sample. Australian & New Zealand Journal of Psychiatry, 2016. 50(3): p. 243-253.
  • 75. Lai, M., et al., Sex/gender differences and autism: Setting the scene for future research. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 2015. 54(1): p. 11-24.
  • 76. Russell, G., C. Steer, and J. Golding, Social and demographic factors that influence the diagnosis of autistic spectrum disorders. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 2011. 46(12): p. 1283-1293.
  • 77. Dworzynski, K., et al., How different are girls and boys above and below the diagnostic threshold for autism spectrum disorders? . Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 2012. 51(8): p. 788-797.
  • 78. Tierney, S., J. Burns, and E. Kilbey, Looking behind the mask: Social coping strategies of girls on the autistic spectrum. Research in Autism Spectrum Disorders, 2016. 23: p. 73-83.
  • 79. Rynkiewicz, A., et al., An investigation of the ‘female camouflage effect’ in autism using a computerized ADOS-2 and a test of sex/gender differences. Molecular Autism, 2016. 7(1): p. 1-8.
  • 80. Van Wijngaarden-Cremers, P., et al., Gender and age differences in the core triad of impairments in autism spectrum disorders: A systematic review and meta-analysis. Journal of Autism and Developmental Disorders, 2014. 44(3): p. 627-635.
  • 81. Begeer, S., et al., Sex differences in the timing of identification among children and adults with autism spectrum disorders. Journal of Autism and Developmental Disorders, 2013. 43(5): p. 1151-1156.
PDF24    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *