Intervention de la présidente de l’AFFA à la journée de sensibilisation des violences faites aux femmes – Paris, 15 fév


Résumé de l'intervention de Marie Rabatel, co-fondatrice et présidente de l'AFFA, lors de la journée de sensibilisation des violences faites aux femmes organisée par le réseau de santé périnatal parisien (rspp) - Hôpital des Diaconnesses à Paris, 15 février 2018

Marie Rabatel, Catherine Nouvellon (présidente par intérim de FDFA ), Sophie Guillaume (présidente du collège national des sages femmes de France) , Mathilde Delespine (experte formatrice pour la Miprof et coordinatrice de la maison des femmes de Saint Denis)

 

L'ouverture de cette journée s'est faite avec la projection du film Anna de la Miprof (Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences). Mathilde DELESPINE, experte formatrice pour la Miprof, a listé les différentes types de  violences et son repérage (verbal, psychologique, physique, sexuel).

Je suis intervenue sur les violences sexuelles et les personnes autistes. J'ai tout d'abord rappelé quelques bases de l'autisme.

"L'autisme est un trouble neuro-développemental précoce qui dure toute la vie. Il se manifeste par des troubles de la communication, des intérêts ou activités obsessionnels, des comportements à caractère répétitif, ainsi qu’une forte résistance au changement. La personne présente aussi souvent des hyper ou hypo-sensibilités sensorielles (sons, lumière, couleurs, toucher…). Tous ces signes s’expriment avec des intensités variables. Elle a également une différence dans le traitement des informations et la communication sociale qui amène à un handicap social (ce n'est ni un handicap physique, ni un handicap mental ou déficience intellectuelle, ni une maladie ).
La spécificité de l'autisme au féminin diffère dans son expression. Elle a une capacité à se fondre dans la société qui, du fait de ses spécificités et son statut social (de fille ou de femme), la rend davantage très vulnérable."
 

Avant de rentrer dans le sujet de mon intermède  (violence sexuelles), j'ai pointé les violences médicales que peuvent subir les femmes autistes face à l'errance et du sous-diagnostic qu'elles peuvent subir ; ainsi que les violences psychologiques pour les mères autistes liées aux signalements abusifs de l'aide sociale à l'enfance.

Pour revenir aux agressions sexuelles, des études ont montré que 70 à 90 % des femmes autistes sont victimes de violences sexuelles.
Des facteurs, pour beaucoup invisibles, favorisent le fait d'être une proie idéale face à un agresseur potentiel. Le témoignage oral d'une femme et autiste victime de viol doit nous alerter sur les enjeux de l'éducation d'un enfant autiste (le  choix, le NON, la notion d'intimité, la notion du consentement, ...).

De plus, les conséquences de ces violences accentuent le handicap de départ intensifiant encore la vulnérabilité. Leur mémoire photographique et la notion du détail augmentent considérablement les flash-back. L'hypo ou l'hyper-sensorialité accentue le ressenti vécu lors des reviviscences. Le trauma se renforce et tout s'intensifie formant ainsi un cercle vicieux d'aggravation du syndrome autistique et de la vulnérabilité (voir l'article du Dr Muriel Salmona à ce sujet).

Muriel Salmona, psychiatre spécialisé en psychotraumatologie et présidente de l'association Mémoire traumatique et Victimologie, est intervenue pour expliquer toute la dimension du mécanisme mis en place par le cerveau pour la survie d'une victime (mémoire amnésique, dissociation, déni, ... ).
 

Marie Rabatel, Muriel Salmona, Christine Guillemaut (chargée de projet égalité femmes hommes)

 
J'ai également parlé des violences sexuelles institutionnelles dont l'omerta protège les agresseurs et détruit les victimes. Ce silence amplifie la difficulté d'apprentissage et augmente la dépendance et les comportements autistiques. C'est de notre devoir à tous, de protéger les plus vunérables !

Rappelons que le viol est un crime défini par l'article 222.23 du Code pénal  : sa non dénonciation est punie par la loi (article 434.1 du Code pénal) de 75 000 euros d'amende et 3 ans d'emprisonnement.

Nous avons également une triple peine, qui, du fait de la méconnaissance sociétale de l'autisme et ses particularités, font que nous ne pouvons bénéficier d'une écoute et d'un accompagnement adapté face aux différents professionnels en charge des victimes de violences.

 

Marie Rabatel pour l'association Francophone de Femmes Autistes AFFA

 
 
www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *