Les tests de diagnostic passent à côté des traits autistiques chez les filles


Nicholette Zeliadt pour Spectrum News, 13 mai 2017 - Traduction : Cécile Monnier pour l'AFFA

Article original : Diagnostic tests miss autism features in girls

Les filles autistes ont tendance à se focaliser sur les relations avec les autres, notamment avec les animaux.

Les filles autistes peuvent ne pas rentrer dans les critères de diagnostic parce que certaines caractéristiques de la condition semblent différentes chez elles par rapport aux garçons. Des chercheurs ont présenté hier [soit le 12 mai 2017, note de la traductrice] les résultats non publiés de deux études, lors de la Rencontre Internationale pour la Recherche sur l'Autisme 2017, à San Francisco, en Californie.

Les deux études comparent la façon dont les filles et les garçons atteints d'autisme effectuent un test diagnostique largement utilisé, appelé Echelle d'Observation pour le Diagnostic de l'Autisme (ADOS). Au cours de ce test, un clinicien invite un enfant à effectuer une série de tâches et évalue les comportements de l'enfant.

L’une des études révèle que l'ADOS est plus susceptible de passer à côté des filles autistes que des garçons porteurs de cette condition. Les filles autistes ont tendance à avoir des résultats inférieurs à ceux des garçons autistes sur la mesure des intérêts restreints et des comportements répétitifs de ce test, l'une des principales caractéristiques de l'autisme.

« Les filles obtiennent des résultats différents à l'ADOS en raison de leur sexe », explique Michael Sweeney, assistant de recherche au laboratoire de Somer Bishop à l'Université de Californie, à San Francisco, qui a présenté l'étude.

L'autre étude suggère que les intérêts restreints et les comportements répétitifs chez les filles autistes diffèrent par nature de ceux visibles chez les garçons autistes, et peuvent donc ne pas être reconnus comme étant liés à l'autisme.

 

Un biais sexuel

Michael Sweeney et ses collègues ont comparé les scores totaux à l’ADOS de 396 garçons et 85 filles qui ont reçu un diagnostic d'autisme. Les enfants avaient en moyenne 9 ans et avaient au moins des scores moyens aux tests d'intelligence verbale et non verbale.

L'équipe a constaté que 15 % des filles n’arrivaient pas au seuil de l’ADOS pour un diagnostic d'autisme, contre seulement 6 % des garçons. Les résultats se confirment même après avoir contrôlé les différences d'âge et de capacités verbales entre les garçons et les filles.

Les chercheurs ont ensuite comparé le score de sévérité calibré de l’ADOS, une mesure qui reflète la gravité des caractéristiques de l'autisme, indépendamment de l'âge de l'enfant ou de ses compétences linguistiques.

Cette analyse a révélé que les filles montrent moins d'intérêts restreints sévères et de comportements répétitifs que les garçons. En revanche, les filles et les garçons ne diffèrent pas dans leur niveau de difficultés sociales.

L'équipe a alors isolé cinq items de l’ADOS sur lesquels les filles obtiennent un score significativement inférieur à celui des garçons, incluant un item lié aux intérêts restreints et aux comportements répétitifs ; trois de ces items sont critiques pour le seuil de diagnostic du test.

Michael Sweeney précise que l'étude ne peut pas déterminer si les filles ont moins d'intérêts restreints et de comportements répétitifs que les garçons ou si l’ADOS n’est tout simplement pas adapté aux comportements des filles. Les résultats d'une seconde étude, également présentée hier, soutiennent cette deuxième idée.

 

Girl power 

Dans cette étude, David Skuse et William Mandy de l'University College de Londres ont conçu une nouvelle liste de points à contrôler pour détecter les différences entre les sexes dans les comportements évalués lors d'une évaluation ADOS. La liste de contrôle, appelée Échelle Genrée de Comportement Autistique (GABS, pour Gendered Autism Behaviour Scale), comprend 18 comportements que les chercheurs s'attendent à retrouver dans les manifestations spécifiquement féminines de l’autisme.

Ces comportements se répartissent en quatre grandes catégories : masquer les caractéristiques de l'autisme en imitant, par exemple, des pairs typiques, faire toutes sortes d’efforts pour chercher à établir des amitiés, être dans un état anxieux ou dépressif, et se focaliser sur les relations avec les autres (réelles, imaginaires, ou même non humaines).

Les chercheurs ont obtenu des enregistrements vidéo d'évaluations ADOS pour 22 garçons et 22 filles autistes, tous âgés de 9 à 15 ans. Ces enfants ont tous une intelligence et une capacité verbale moyennes ou supérieures à la moyenne.

Les chercheurs ont examiné chaque vidéo à la recherche de manifestations des 18 comportements listées sur l’échelle GABS. Ils ont constaté que les filles autistes se disent plus touchées par l'acceptation sociale et le rejet que les garçons autistes. Les filles ont aussi plus d'anxiété et de dépression que les garçons et sont plus susceptibles de parler de leurs relations comme d'un intérêt restreint, en particulier quand il s’agit d’animaux. En revanche, les garçons autistes ont tendance à parler d'intérêts non sociaux tels que les puzzles ou les jeux informatiques.

« Il y a un phénotype féminin qui est très différent, même dans l’ADOS », explique Laura Hull, l’étudiante diplômée du laboratoire de William Mandy qui a présenté les résultats.

Ensemble, ces deux études soulignent l'importance de ne pas compter uniquement sur l'ADOS lors du diagnostic de l'autisme. Elles soulignent également la nécessité de modifier les tests  diagnostiques pour mieux détecter la condition chez les filles.

Pour plus d’informations sur la Rencontre Internationale pour la Recherche sur l'Autisme 2017, cliquez ici.

 

Spectrumnews publie des nouvelles et des analyses de l’actualité scientifique concernant la recherche dans le domaine de l'autisme. Spectrumnews est une organisation financée par la Simons Foundation Autism Research Institute (SFARI), tout en étant indépendante sur le plan éditorial. © Simons Foudation, Spectrum and authors, tous droits réservés © Traduction Nicole Dupont, pour l’Association Francophone de Femmes Autistes (AFFA). Cet article ne peut pas être reproduit ou copié sans l'autorisation expresse de Spectrum.

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *