9 femmes autistes sur 10 victimes de violences sexuelles : et tout le monde s’en fout ?


Extrait de l’étude française publiée dans la revue scientifique Frontiers in behavioral neuroscience le 27 avril 2022

Note de l’AFFA

Nous déplorons le peu de relais médiatique à la sortie de cette étude française. Certains sites ont repris les grandes lignes de l’étude mais sans creuser le sujet, sans parler des mécanismes des violences, ni des conséquences psychotraumatiques, sans parler de l’urgence d’accompagnement ou de soins, sans remettre en question ni le système institutionnel médico-social, ni les familles, ni l’école, encore moins la société ou son incapacité à inclure et protéger les plus vulnérables.

Quand même des chiffres démontrent l’ampleur du désastre, il semblerait que cela ne suffise pas…

(Google Traduction)

« Les 2/3 des victimes (ndlr : des femmes diagnostiquées autistes) étaient très jeunes lorsqu’elles ont été agressées pour la première fois :

  • sur 199 victimes, 135 avaient 18 ans ou moins
  • sur 199 victimes, 112 avaient 15 ans ou moins

75 % des participantes inclues dans l’étude ont rapporté plusieurs agressions. Les analyses indiquent que se faire agresser une première fois était fortement corrélé au fait que cela puisse se reproduire ensuite, et que le fait d’être jeune augmentait ce risque. Les jeunes victimes étaient également plus à risque de développer un trouble de stress post-traumatique.

Concernant les signalements et poursuites juridiques :

  • 1/3 des victimes ont signalé l’agression
  • 25 % d’entre elles ont pu porter plainte et/ou recevoir des soins
  • Pour les 75 % restants, le signalement n’a donné lieu à aucune action. »

L’étude aborde des questions comme l’âge moyen de la première agression, les agressions répétées par un ou plusieurs agresseurs, s’il s’agit de la même personne ou non, la description détaillée des stratégies utilisées par les prédateurs selon le type d’agression, les conséquences de la ou des agression(s) après 6 mois, les signalements et les poursuites lorsqu’il y en a.

L’étude émet ensuite 6 hypothèses issues des données collectées et ouvre une discussion.

Voir l’étude en anglais ici


Pour aller un peu plus loin, voici le début d’un bon article paru le 5 mai 2022 sur le site informations.Handicap.fr, rédigé par Cassandre Rogeret

9 femmes autistes sur 10 disent avoir subi des violences sexuelles, souvent à plusieurs reprises et avant 15 ans. Une nouvelle étude française dénonce ces violences systémiques, espérant contribuer à améliorer la prévention et les traitements dédiés.

Une femme sur trois serait victime de violences sexuelles. Ce chiffre bondit à neuf sur dix en cas d’autisme, soit trois fois plus. Des violences perpétrées, pour la plupart, à plusieurs reprises et qui débutent particulièrement jeune, pointe une étude française publiée dans la revue scientifique Frontiers in behavioral neuroscience le 26 avril 2022. « Cette enquête démontre, encore une fois, que le cumul de vulnérabilités est un facteur important dont l’agresseur sait se saisir », explique Marie Rabatel, présidente de l’Association francophone de femmes autistes (AFFA), qui se réjouit que ce problème de société majeur fasse « enfin » l’objet d’une étude de taille. « Nous évoquons ce chiffre depuis des années mais cela n’a jamais semblé inquiéter personne… », déplore-t-elle. Une mise en lumière nécessaire pour améliorer la sensibilisation générale aux violences sexuelles et, in fine, la prévention et la prise en charge dédiées.

Des difficultés d’interprétation

« Nous sommes dans une société aux yeux bandés ! », dénonce Marie Rabatel, qui fut elle-même victime de viol. Alors 225 femmes autistes ont répondu à un questionnaire en ligne pour tenter de lui ouvrir les yeux… « Lorsque nous avons commencé l’étude, les recherches étaient encore rares sur ce sujet spécifique, qui était néanmoins très discuté au sein de la communauté autiste, affirme sa coauteure, le Dr Fabienne Cazalis, du pôle sciences sociales du Centre national de la recherche scientifique (CNRS-EHESS). C’est cette communauté qui a attiré notre attention sur l’importance de l’étudier. » La spécificité de cette étude ? Deux méthodes d’identification, via une question ouverte puis des questions spécifiques. Alors que 68,9 % des participantes identifient les violences sexuelles qu’elles ont subies, elles sont en réalité 88,4 % à en avoir été victimes. Cet écart révèle notamment…

Lire la suite de l’article sur informations.Handicap.fr

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Répondre à admin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “9 femmes autistes sur 10 victimes de violences sexuelles : et tout le monde s’en fout ?

  • Marie Hélène

    L’étude fait-elle mention de l’attitude de l’agresseur après faits ? La crédibilité d’une « malade mentale » ( dixint) face aux affirmations de l’auteur n’a aucune chance d’être accueillie. Je trouve que cet aspect est fondamental : être crue. Personnellement, j’ai du faire face à un manipulateur professionnel (publiciste ) qui pour assoir sa propre innocence a écrit un livre répugnant de vulgarité et de sensibilisme de parade, racontant que je l’avais initié à l’amour, fait perdre sa virginité, qu’il m’avait sortie d’un hôtel de passe, etc…puis, il a écrit un livre sur le handicap sans jamais avoir approché ce monde pour finir par réussir à se faire nommer à la présidence d’une structure concernant le handicap…Que peut faire alors une autiste qui ne sait absolument pas faire face aux mensonges n’en comprenant pas le mécanisme ? La fragilité des femmes autistes réside là aussi. Merci d’aborder ce sujet si destructeur de vies.

    • admin Auteur du billet

      Merci Marie Hélène pour votre témoignage. L’étude ne fait apparemment pas mention de l’attitude de l’agresseur après les faits. On peut néanmoins largement supposer qu’on retrouve les mécanismes d’emprise et de domination de l’agresseur qui sont présents dans toutes formes de violences malheureusement…

      Pour ce qui est de la vulnérabilité supplémentaire des personnes autistes ou en situation de handicap, nous militons en ce sens pour plus de connaissances, plus de prévention, de sensibilisation et surtout en créant des outils avec nos partenaires, gratuits, pour que quiconque s’en empare. Voici un article avec toutes les ressources que vous pouvez lire et/ou télécharger gratuitement : https://femmesautistesfrancophones.com/2021/05/09/vie-sexuelle-handicap-outils-prevention/

      La manipulation et l’emprise ne sont malheureusement pas réservées aux personnes autistes (bien qu’elles soient des proies d’autant plus « faciles » pour les prédateurs du fait de défaut de théorie de l’esprit ou de « naïveté sociale ») et que les personnes handicapées, dont les enfants, sont plus victimes que les autres.

      Selon nous, il est important d’être bien entourée, de demander conseil à son entourage en cas de suspicion, ou bien à un-e psychologue même qui peut avoir le recul nécessaire et le moins de biais possibles, de ne pas laisser passer ses doutes ou intuitions (en général, quand quelque chose cloche, c’est que quelque chose cloche, donc il est important de se faire confiance), vous pouvez faire des formations gratuites en ligne aussi : https://www.noustoutes.org/sinformer/ et si vous en avez l’énergie et les moyens, vous pouvez aussi saisir la justice.

      Il n’y a pas de formule magique malheureusement et c’est une vigilance qui s’apprend tout au long de la vie, tout en essayant de ne pas tomber dans l’hypervigilance… C’est un équilibre délicat, nous en avons bien conscience. N’hésitez pas à nous écrire à association.af2a@gmail.com si vous souhaitez que nous vous envoyons le guide sur la manipulation dont nous parlons dans l’article mentionné ci-dessus. Bien à vous, l’équipe AFFA

  • Le Baragosse

    9 femmes autistes sur 10 disent avoir subi des violences sexuelles, souvent a plusieurs reprises et avant 15 ans. Une nouvelle etude francaise denonce ces violences systemiques, esperant contribuer a ameliorer la prevention et les traitements dedies.