Confinement, violences : « Quand les cris ne traversent pas les murs, votre parole est d’or. »


Tribune de Marie Rabatel, présidente de l’AFFA pour Yanous, le magazine francophone du handicap
– 1er mai 2020

TOUTES LES VIOLENCES ONT UN LENDEMAIN 


Les conséquences du confinement mettent en évidence toutes les failles de notre système de vie en société où l’individu est capable d’écraser ses semblables en ignorant ses propres faiblesses ; ainsi témoigne la dirigeante associative Marie Rabatel.

Selon les chiffres de l’Organisation des Nations-Unies, les femmes en situation de handicap risquent deux fois plus de subir des violences conjugales que les autres femmes. Pensez vous que ces femmes sont épargnées par le confinement ? J’ai des doutes… De nombreuses femmes autistes ont contacté l’Association Francophone de Femmes Autistes (AFFA) pour savoir si ce qu’elles vivent à domicile était normal. Presque toutes décrivent des violences conjugales ou familiales ou un viol. Aussi, pour beaucoup de personnes en situation de handicap, leurs soins ou accompagnement ont été mis en attente, comme si le coronavirus avait mis en sourdine tous les problèmes médicaux ou autres. Cette perte de contact auprès de professionnels de santé ou de leur accompagnant de confiance ne leur permet plus d’être… (lire la suite)

Photo Unsplash by Marina Khrapova ©

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *