Liste non-officielle des caractéristiques des femmes Asperger


Liste non-officielle créée par une femme Asperger réalisée après neuf ans de lectures, de recherches et d’expériences sur le syndrome d’Asperger.Click to TweetSamantha Craft, pour Everyday Asperger’s, Mars 2012

Traduction par Véronique Laurent de l'article « Day 62 : female with asperger's syndrome (non-official) checklist »

Il s'agit d'une liste non-officielle créée par Samantha Craft, femme ayant a le syndrome d’Asperger et dont le fils est également Asperger.

Elle a été réalisée après neuf ans de lectures, de recherche et d’expérience liés au syndrome d’Asperger.

Samantha Craft possède un diplôme dans le domaine de l'éducation. Elle ne possède pas de doctorat en psychiatrie ou en psychologie. Elle a sa vie en titre de référence du fait qu'elle est une femme qui a le syndrome d'Asperger et qu'elle est mère d'un enfant qui a le syndrome d'Asperger. Elle a créé cette liste dans l'espoir d'aider les professionnels de santé à reconnaître le syndrome d'Asperger chez les femmes.

Pour plus d’information, rendez-vous sur http://aspergersgirls.wordpress.com © Everyday Aspergers, 2012.

Cette liste non-officielle peut être imprimée pour des thérapeutes, des conseillers, des psychiatres, des psychologues, des professeurs, des enseignants ainsi que leur famille, si le nom et les coordonnées de Samantha Craft demeurent sur l’impression.

La voici en pdf.

caracteristiques-femmes-asperger-S-Craft-2012
www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 commentaires sur “Liste non-officielle des caractéristiques des femmes Asperger

  • Marie-Charlotte Koenig

    Bonjour;
    Je viens à l’instant d’apprendre l’existence de votre association.
    Je suis médecin, 55 ans, brillante et différente.
    J’ai eu un dx officiel de TDAH, sans comorbidités significatives, à l’âge de 48 ans, lequel est vraissemblable; mais aucune médication me m’améliore significativement, et je suis passablement tannée de cette situation.
    Serais-je autiste?
    Rapidement plusieurs traits me ressemblent, dont l’innocence et la naïveté…

  • CATHY

    Bonjour,
    Je me voyais comme adulte à haut potentiel,…j’ai déjà eu beaucoup de mal à accepter ça( près de 50 ans)…mais la lecture de l’article me panique réellement… je me retrouve dans une très large majorité des items…
    Je me pose de très sérieuses questions…

  • Magali PATRON

    Bonjour. J’ai découvert votre site il y a quelques jours , à la suite d’une recherche sur le syndrôme d’Asperger. Ceci parce que ma soeur a deux fils dits « précoces » avec le syndrôme d’asperger et m’a fait remarquer que j’en avais les caractéristiques. Je suis Archéologue et viens d’avoir 50 ans. J’ai toujours éprouvé de grosses difficultés à comprendre autrui. En consultant les 10 points décrivant une femme asperger : je me suis retrouvée dans tous ! J’en ai été bouleversée de mettre un potentiel diagnostique sur mon mal-être depuis 40 ans.
    Je ne sais à qui m’adresser dans le monde médical/ association pour une écoute et un échange sur ce cas particulier … Je précise que je n’ai pas de compte Facebook.
    Merci pour la lecture de ce message et votre potentielle réponse 🙂

  • fabienne STORY

    Tout cela relève du hpi et non de l’autisme pour moi qui ait tous les cas de figure à la maison et qui peut donc comparer sans trop de difficultés ;o)) Vous ne parlez pas des difficultés sensorielles (qui touchent 80% des aspis quand même et je ne parle pas d’hyperacousie ou hyperosmosie qui sont aussi liés au hp mais de dysoralité sensorielle), des stimuli anxiogènes, du besoin d’organisation et de cadre / routine sous peine de perdre complètement pied, du bruit qui épuise, de la foule qui agresse, de la non compréhension des émotions, de l’impulsivité, des difficultés à gérer ses propres émotions, des intérêts restreints etc… ;o)) Bref, une piste mais non représentative de l’autisme à mon sens et plus du HPI voir THPI même si nombreux psys prétendent qu’on ne peut pas évaluer les difficultés au HPI, plus il est haut, plus les similitudes avec l’autisme sont là sans qu’il y ait forcément les deux pour autant!